32ème Dimanche du Temps Ordinaire (Année B)




32ème Dimanche du Temps Ordinaire (Année B)
http://www.paroquiadivino.org.br/index.php/confiar-e-oferecer-a-deus-tudo-o-que-se-tem-mc-1238-44/

Dimanche 11 Novembre 2018, 32 ème Dimanche du Temps ordinaire B, Textes : 1R17, 10-16 ; Ps 145 ; He 9,24-28 ; Mc 12,38-44. 

« C’est le dernier sous qui achète Dieu. »

Introduction : L’offrande de la veuve : modèle du don

Savoir faire confiance à Dieu, savoir dépendre de Dieu, savoir faire confiance aux autres, savoir dépendre des autres, voilà l’enseignement de ce jour. Croire se suffire, c’est s’exclure soi-même du Salut, c’est refuser la grâce. Demandons au Seigneur de nous manifester aujourd’hui encore, sa miséricorde.

Homélie :

Dans la première lecture tirée du premier livre des Rois, le prophète Elie, l’une des figures les plus célèbres de l’Ancien Testament intervient dans un contexte de sécheresse et de famine dans le Royaume du Nord avant sa chute en 722. Nous connaissons par les Ecritures son épreuve avec Jézabel, la femme païenne du Roi Achab. Persécuté dans son propre pays, Elie se retrouve dans la ville de Sarepta, en terre étrangère chez des païens, où il se fera mendiant, c’est-à-dire réduit à demander à une inconnue non juive.

La famine est la conséquence de la sécheresse. La terre ne reçoit plus d’eau pour produire. L’eau est source de vie, dit-on. Cette catastrophe est elle-même la conséquence de l’infidélité du roi : « je vis cette situation à cause de l’infidélité à la Loi ». Infidélité parce que le Roi a abandonné la religion de ses ancêtres pour suivre la religion de sa femme païenne. Il a abandonné le vrai Dieu pour des divinités.

Le Prophète est envoyé par Dieu vers une veuve et son unique fils. Il s’agit de la rencontre de trois pauvres : un exilé qui fuit sa terre natale, une veuve qui a perdu son mari et un orphelin qui ne connaît pas la joie paternelle, trois personnes en manque. 

Voilà ici l’attention et la sollicitude de Dieu vis-à-vis des faibles. Cette indigente fait bon accueil à l’homme de Dieu et partage avec lui, tout ce qui lui restait pour vivre : « je rentre préparer pour moi et pour mon fils ce qui nous reste. Nous le mangerons, et puis nous mourrons. » Cette veuve d’origine païenne croit en la parole du prophète. Elle lui obéit sans réserve et se voit alors nourrie par le Seigneur. La Foi est loin d’être le privilège des plus éclairés comme les Scribes, les Pharisiens, les Maîtres de la Loi dans le judaïsme. La foi  ouvre aux largesses de Dieu.

Cette païenne a écouté et a obéi à l’homme de Dieu. L’obéissance est le chemin de la fécondité, le texte nous dit « qu’elle alla faire ce qu’Elie lui avait demandé et le prophète, elle-même et son fils eurent à manger. » Rien ne manque à ceux qui savent compter sur Dieu : « Et la jarre de farine ne s’épuisa pas, et le vase d’huile ne se vida pas, ainsi le Seigneur l’avait annoncé par l’intermédiaire d’Elie. » « C’est Dieu qui puise l’eau de la termite. », nous dit un proverbe baoulé : « Nyamien Kpli yê o sa n’voliè nzué o »

En envoyant le prophète en terre païenne, le Dieu de l’Alliance veut nous montrer l’universalité du Salut inauguré par le sacrifice efficace du Christ. La confiance ouvre à la vie. La confiance ouvre à l’abondance. La confiance nous fait dépendre de Celui qui est la source de tout.

Le psalmiste qui a fait cette expérience de la providence de Dieu peut le chanter : « Chante, ô mon âme, la louange du Seigneur ! ». 

Celui par qui Dieu agit est son Fils qui a opéré le salut de l’humanité par son sacrifice offert« une fois pour toutes » sur la Croix, comme nous le dit la lettre aux Hébreux. Le sacrifice du Christ n’est pas un sacrifice répété comme ceux de l’Ancien Testament, son sacrifice unique est efficace. La lettre aux Hébreux montre que toute construction humaine, reste humaine et donc limitée, faible, imparfaite, périssable. 

Frères et sœurs, il n’y a point de salut à espérer du côté des humains, leur pouvoir est trop fragile. Tous ceux qui cherchent la protection des puissants seront déçus et perdront leurs illusions. Dieu qui a créé le mondele  sauve  et le libèrepour toujours.

Dans l’Evangile de ce jour, Jésus continue sa marche vers Jérusalem. Jésus condamne l’hypocrisie de ses interlocuteurs, les scribes, les pharisiens et les Maîtres de la Loi, ceux qui savent ou prétendent savoir. Ce qu’il encourage, c’est l’attitude de la veuve, la vérité de son offrande. La veuve de l’Evangile est sincère comme celle de la première lecture qui a partagé tout ce qui lui restait pour vivre. Elle offre son indigence alors que les autres offrent leur surplus.

Jésus seul connait nos intentions et la vérité de nos actes, Lui qui pénètre le secret de notre cœur : « une pauvre veuve s’avance et mit deux petites pièces de monnaie. »

Une veuve, une personne seule qui a tout perdu. Elle a perdu son mari qui faisait son soutien et son appui. Elle est livrée à elle-même pour sa survie. Elle vit de la bienveillance de certaines personnes de bonne volonté. Cette veuve est le modèle du don vrai. Cette veuve est imitatrice du sacrifice du Christ, don de sa vie pour le salut du monde. Cette veuve est une vraie femme, une femme réalisée. C’est dans le don vrai et sans réserve, jusqu’au bout que l’homme se réalise entièrement. «  Tous, ils ont pris sur leur superflu, mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a mis tout ce qu’elle possédait, tout ce qu’elle avait pour vivre. Tout ce qu’elle est. »

La grandeur du don ne dépend pas de sa valeur monétaire, mais de la générosité du cœur, de la disposition intérieure. Certains donnent à Dieu leur superflu d’argent, ils ne se privent donc de rien. Avec ses deux pièces, la veuve pauvre donne toute sa vie. Tel est aux yeux de Dieu, le véritable don : « il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. »   

Ce que Jésus condamne, c’est l’ostentation des scribes. Ce que Jésus admire, c’est l’obole de la veuve. L’orgueilleux qui, sous le masque de la fausse piété, se recherche en tout, voilà l’exemple à fuir. L’amour qui dans un oubli réel de soi, donne tout à Dieu, voilà l’exemple à suivre, c’est cela le véritable don, la vérité du don. Aimer, c’est donner, tout donner, se donner soi-même. C’est ce que Jésus a fait et c’est ce qu’il nous invite à faire à sa suite.Aimer vraiment, c’est tout donner, sans compter, sans rien attendre en retour, comme ici, comme le Seigneur fait toujours avec nous.

Seigneur, accorde-moi la grâce de la Purification du cœur pour que toute ma vie soit donnée à Toi et à Toi Seul. Seigneur apprend-moi à être généreux, Toi qui aime ceux qui donnent sans compter. Le sacrifice de Ton Fils a été total et efficace, son sacrifice a été non partiel. Accorde-moi cette grâce de l’imiter dans mon offrande car comme le disait G. Thibon : « c’est le dernier sous qui achète Dieu. »  

Frère Aimé TANO


LIRE AUSSI...

Homélie de Noël (Messe du jour)

Homélie de  Noël (Messe du jour)
Publié le Mer 25 Dec 2019

Bouaké Jour de Noël 2019   Deux messes pour Noël, celle de la nuit, celle du jour, très différentes, surtout à cause de l’évangile, si différent. Quelle est la grâce propre de la messe du jour de Noël ? Pour... Lire la suite >

Homélie de la Messe de la nuit de Noël (2019)

Homélie de la Messe de la nuit de Noël (2019)
Publié le Mar 24 Dec 2019

Bouaké Nuit de Noël 2019   La première lecture de cette messe, la prophétie d’Isaïe, nous a montré des images très contrastées : d’un côté, la guerre, des bruits de bottes de soldats, des manteaux tachés... Lire la suite >

Homélie pour les défunts (2 novembre)

Homélie pour les défunts (2 novembre)
Publié le Sam 02 Nov 2019

2 novembre Messe des défunts   Introduction Prier pour ceux que nous avons aimés fait partie de notre foi, mais il ne faut pas oublier qu'on peut aussi demander à nos chers défunts de prier pour nous. De prier et de s'associer aux difficultés... Lire la suite >

Homélie de la Toussaint (2019)

Homélie de la Toussaint (2019)
Publié le Ven 01 Nov 2019

Homélie de la Toussaint Frères et sœurs, si j’étais St Paul, je me serai certainement adressé à vous, en vous disant, vous « les saints » moines, les « saints » oblats, les « saints » chrétiens... Lire la suite >

Homélie de l'Assomption 2019

Homélie de l'Assomption 2019
Publié le Mar 20 Aou 2019

Homélie de l’Assomption Frères et soeurs, en cette fête de l’Assomption de la Vierge Marie, toutes nos lectures sont tirées du Nouveau Testament, car c’est une fête qui annonce une grande nouveauté. Les deux premières parlent de... Lire la suite >

Homélie pour la solennité de saint Benoît (2019)

Homélie pour la solennité de saint Benoît (2019)
Publié le Lun 15 Juil 2019

Saint Benoît (2019) Pr 2, 1-9 ; Ep 4, 1-6 ; Lc 22, 24-27    Frères et sœurs, En cette fête de saint Benoît, Jésus dans l’Evangile nous enseigne sur ce qu’est un homme selon son cœur, un être qui se fait... Lire la suite >

Homélie pour le Baptême du Seigneur (Année C)

Homélie pour le Baptême du Seigneur (Année C)
Publié le Sam 12 Jan 2019 | Source P. Jean-Luc

Homélie Le Baptême du Seigneur C   Introduction Avec cette célébration du baptême du Seigneur, nous achevons le Temps de Noël. Le Verbe s’est fait chair, Jésus est né et Dieu s’est manifesté au monde. Dimanche... Lire la suite >

Marie, Mère de Dieu (1er janvier 2018)

Marie, Mère de Dieu (1er janvier 2018)
Publié le Mar 01 Jan 2019

1erjanvier 2018 – Marie, Mère de Dieu   H o m é l i e                « Lorsque les temps furent accomplis, Dieu a envoyé son Fils ». Nous avons là un ... Lire la suite >

Homélie de la messe de minuit 2018

Homélie de la messe de minuit 2018
Publié le Mar 25 Dec 2018

Lundi 24 décembre 2018, Nuit de Noël., Textes : Is 9, 1-6 ; Ps 95 ; Tt 2,11-14 ; Lc 1,39-45.                                                Une... Lire la suite >

Homélie 4ème dimanche de l'Avent (C) - 2018

Homélie 4ème dimanche de l'Avent (C) - 2018
Publié le Lun 24 Dec 2018

Dimanche 23 décembre 2018 Quatrième dimanche de l’Avent C Textes: Mi 5,1-4 ; Ps 79 ; He 10,5-10 ; Lc 1, 39-45                                    Noël :... Lire la suite >