Homélie de la Messe de la nuit de Noël (2019)




Homélie de la Messe de la nuit de Noël (2019)

Bouaké Nuit de Noël 2019

 

La première lecture de cette messe, la prophétie d’Isaïe, nous a montré des images très contrastées : d’un côté, la guerre, des bruits de bottes de soldats, des manteaux tachés de sang, les bastonnades et les fouets de chefs de corvée,

…et de l’autre, un signe : la naissance d’un enfant ! avec ce détail, comme un signe dans le signe : « l’insigne du POUVOIRest sur son épaule » !

L’évangile nous présente aussi un tel contraste : d’un côté, la puissance de l’Empire de César Auguste, la puissance d’une administration capable, pour la première fois, nous dit-on, de recenser toute la terre –puissance des chiffres, déjà !

…et de l’autre, dans une petite bourgade de Palestine, à nouveau, un signe : la naissance d’un enfant dans une étable !

D’un coté, démonstration de puissance… 

De l’autre, manifestation de la plus grande faiblesse : le moment tellement fragile de la naissance, le dénuement d’un tout-petit bébé !

Où est l’homme dans tout cela ? Où est Dieu ?

 

Regardons de plus près cette naissance.

Pour un instant, pour une nuit, une étable à Bethléem est devenue le centre du monde et au centre de la scène, le tout-petit de Dieu venu parmi nous : Dieu-bébé au milieu des moutons, réchauffé par l’haleine fumante d’un bœuf étonné de le trouver dans sa crèche, dans sa mangeoire, dans sa pitance ; un Dieu qui se donne à manger, déjà, bien avant d’avoir institué l’eucharistie ! un « Sauveur », mais à vrai dire un Sauveur sans défense et sans force, couché, immobile, emmailloté, enveloppé de langes, comme une petite momie, comme au jour de son ensevelissement, déjà, bien avant le tombeau !

 Frères et sœurs, par les images, vous le voyez, nous sommes déjà à Pâques, au jeudi saint et au tombeau. Comme à Béthanie et comme au tombeau, avec le cadeau des Mages, il y aura même bientôt le parfum de la myrrhe aux pieds du nouveau-né.

Voilà ce qui est d’abord à contempler : Noël, c’est Pâques déjà, c’est Celui qui nous sauve par ce même moyen de la plus grande FAIBLESSE, du dénuement le plus total.

 

Ecoutons bien le SIGNEde la « grande joie pour tout le peuple », le signe du « Sauveur » donné par les anges aux bergers : c’est la proposition, très improbable, de trouver un bébé dans une mangeoire.

Oui, cet enfant-là est vraiment donné à manger !

Creusons encore un peu ce signe-là : un bébé dans une mangeoire !

Cela peut signifier d’abord que le bébé est donné en pâture, mais cela peut signifier aussi que le bébé humain est CONFIÉà des bêtes pour qu’elles le nourrissent ? Comme l’enfant sauvage… comme Tarzan et Mowgli… mais aussi comme Romulus et Rémus nourris par une louve, les fondateurs de Rome, de l’Empire !

Or, selon ce que disent les anges, cet enfant d’homme n’est rien de moins que « le Sauveur, le Messie, le SEIGNEUR ! ». Quel décalage alors ! Comme un enfant d’homme a pu être parfois nourri et élevé par des singes ou par des loups, par des bêtes, le tout-petit de Dieu va être nourri et élevé par des hommes ! Quel décalage !

Le Tout-Puissant se sert de sa puissance pour faire la chose la plus imprévisible qui soit, la dernière que l’on attendrait de la part d’un dieu : il se rend totalement impuissant et se confie tout démuni à la faiblesse de ses créatures, pour que ce soit elles qui le nourrissent, l’élèvent, le fassent grandir, le rendent fort et puissant.

L’humanité est rendue seule capable de nourrir et d’élever Dieu, de le faire parvenir à l’âge adulte !

L’avenir de Dieu nous. est confié : il n’aura de puissance que celle dont nous le doterons, dont nous l’équiperons.. Il sollicite notre aide pour l’aider à grandir chez nous, en nous. Quelle réponse lui ferons-nous ?

Ecoutez la réponse que lui faisait une jeune juive qui lisait l’Evangile, aux heures les plus noires d’un camp de concentration en Hollande, Etty Hillesum en 1943 :

« Je vais t’aider, mon Dieu, à ne pas t’éteindre en moi, mais je ne puis rien garantir d’avance. Une chose m’apparaît cependant de plus en plus claire : ce n’est pas toi qui peux nous aider, mais nous qui pouvons t’aider –et ce faisant nous nous aidons nous-mêmes. C’est tout ce que nous pouvons sauver en cette époque, et c’est aussi la seule chose qui compte : un peu de toi en nous, mon Dieu. »

« Un peu de toi en nous », c’est exactement ce que représente le mystère de l’eucharistie que Jésus nous a laissé.

De la crèche au Jeudi saint, il s’offre en nourriture, pour venir demeurer en nous, pour nous faire vivre de sa vie, pour grandir en nous et par nous. Aujourd’hui encore…

Frère David


LIRE AUSSI...

Homélie 18ème dimanche du Temps Ordinaire (Année A)

Homélie 18ème dimanche du Temps Ordinaire (Année A)
Publié le Dim 02 Aou 2020

   Ce passage de l'évangile suit immédiatement celui que nous avons entendu hier où Hérode fait assassiner Jean-Baptiste au cours du repas qu'il donnait pour son anniversaire, à la suite de la danse de sa nièce Salomé, fille d'Hérodiade... Lire la suite >

Homélie du Sacré-Coeur (A)

Homélie du Sacré-Coeur (A)
Publié le Ven 19 Juin 2020

Homélie du Sacré Cœur  Année A   Pour nous parler du Cœur de Jésus, pour nous parler du centre absolu de l’univers créé, du plus important, du plus vital du monde, le Deutéronome et l’Evangile nous renvoient... Lire la suite >

Homélie de Pentecôte (Année A)

Homélie de Pentecôte (Année A)
Publié le Dim 31 Mai 2020

Homélie de Pentecôte Année A   Introduction. Frères et sœurs, nous arrivons aujourd’hui au terme de la Cinquantaine pascale, mais aussi à son sommet.  La solennité de Pentecôte est un peu comme quelqu’un... Lire la suite >

Méditations 6ème Semaine du Temps Pascal - Evangile du jour

Méditations 6ème Semaine du Temps Pascal - Evangile du jour
Publié le Sam 16 Mai 2020

6èmeSemaine du Temps pascal - Méditations sur l’Evangile du jour   6ème dimanche de Pâques – Année A. Ac 8,5-8.14-17; 1P 3,15-18; Jn 14,15-21 Cet Évangile s’adresse à un petit groupe de disciples que Jésus... Lire la suite >

Méditations 5ème Semaine du Temps Pascal - Evangile du jour

Méditations 5ème Semaine du Temps Pascal - Evangile du jour
Publié le Mer 13 Mai 2020

Méditations 5èmesemaine du Temps Pascal     Homélie du 5èmedimanche de Pâques - Année A.  Évangile : Jn 14, 1-12.    Les disciples sont bouleversés par la mort et le départ prochain... Lire la suite >

Quatrième Semaine du Temps pascal... Méditations de l'Evangile du jour

Quatrième Semaine du Temps pascal... Méditations de l'Evangile du jour
Publié le Lun 04 Mai 2020

Homélie du 4èmedimanche de Pâques - Année A.   Évangile  : Jn 10, 1-10.  Bonjour mes frères. Vous vous souvenez peut-être que tout au début de l’Évangile de Jean, au chapitre 2,  Jésus ... Lire la suite >

Troisième Semaine de Pâques... Méditation de l'Evangile du jour

Troisième Semaine de Pâques... Méditation de l'Evangile du jour
Publié le Dim 26 Avr 2020

L'Evangile de chaque jour...   3èmedimanche de Pâques (A)   Comme ils parlaient ainsi, Jésus fut présent au milieu d'eux.           Au début du récit des disciples d’Emmaüs,... Lire la suite >

Seconde Semaine de Pâques... Méditation de l'Evangile du jour

Seconde Semaine de Pâques... Méditation de l'Evangile du jour
Publié le Sam 18 Avr 2020

Commentaires de l’Evangile  de la 2èmeSemaine du Temps Pascal   2èmedimanche de Pâques. Années A & B & C. Jn 20, 19-31.   Il touche l’homme, il reconnaît Dieu ! Du Traité de saint Augustin... Lire la suite >

Octave de Pâques... Méditation de l'Evangile du jour

Octave de Pâques... Méditation de l'Evangile du jour
Publié le Dim 12 Avr 2020

Lundi de Pâques  Mat 28, 8-15 D’une Homélie du pape François « Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Réjouissez-vous »    « Béni soit celui qui vient, le Roi, au nom du Seigneur.... Lire la suite >

Pâques 2020 (A)

Pâques 2020 (A)
Publié le Sam 11 Avr 2020

Dimanche de Pâques (A)   Entrée Voici les premiers mots que le pape François adressait aux jeunes dans son exhortation Christus vivit :  « Il vit, le Christ, notre espérance et il est la plus belle jeunesse de ce monde. Tout... Lire la suite >