Homélie pour la solennité de saint Benoît (2019)




Homélie pour la solennité de saint Benoît (2019)

Saint Benoît (2019)

Pr 2, 1-9 ; Ep 4, 1-6 ; Lc 22, 24-27 

 

Frères et sœurs,

En cette fête de saint Benoît, Jésus dans l’Evangile nous enseigne sur ce qu’est un homme selon son cœur, un être qui se fait serviteur : pour lui, cela ne signifie pas d’abord celui qui, comme Marthe, se laisse prendre par les services et se sent indispensable, mais celui qui se considère comme le plus petit, celui qui, du fond de son cœur a dépassé les sentiments de puissance, d’orgueil, de fierté, d’amour propre. L’homme véritable selon le cœur de Dieu c’est l’homme sage, celui qui aime en s’oubliant lui-même et c’est cela la vraie sagesse, celle que nous rapporte la première lecture dans le Livre des Proverbes, cette sagesse c’est l’amour vrai qui dépasse tout.

 

Chers frères et sœurs, 

 

Voilà nos deux communautés rassemblées pour célébrer saint Benoît, c’est une bonne chose qui peut, si nos deux communautés le souhaitent, devenir une tradition.

Comment ne pas penser aujourd’hui à cet épisode de la vie de saint Benoît où saint Grégoire rapporte l’épisode de la rencontre de Benoît et de sa sœur Scholastique.

C’est cet épisode que je voudrais méditer avec vous ce matin.

Une fois l’an, Scholastique rend visite à son frère ; ils passent la journée à parler de Dieu et, le soir, chacun regagne son monastère. Or, cette année‑là, Scholastique sollicite son frère pour parler avec lui des choses saintes jusqu’au matin et cela suscite l’indignation de Benoît :

« Que dis‑tu là, ma sœur ! Rester hors du monastère, je ne le peux absolument pas. »

Grégoire poursuit en décrivant Scholastique qui entre en prière[1]. Cette prière de Scholastique déclenche un orage si violent que tout retour au monastère est désormais impossible. 

Rappelons qu’à cet endroit du récit, Benoît a gagné un lieu à Dieu, le Mont‑Cassin, et que son combat contre les idoles a déchaîné la colère de Satan. L’épisode de la construction d’un mur de clôture, et l’action de l’Adversaire qui le fait s’écrouler sur un jeune frère qui le bâtissait, montre la force de l’opposition rencontrée par Benoît dans son entreprise. Nous retrouvons ici, dans les Dialogues, la même trajectoire que dans la Vie de saint Antoinepar saint Athanase : le combat contre Satan de l’homme de Dieu qui vit au désert fait de la maison de Satan la maison de Dieu et, du désert, une cité. Le conflit mené par Benoît contre le diable fait d’un lieu particulier et déterminé, le Mont‑Cassin, la maison de Dieu, où le diable n’a plus droit de cité. De ce lieu, Benoît ne sort plus. Benoît ne se contente plus de rassembler des hommes de Dieu et d’organiser une douzaine de monastères de douze moines comme il l’a fait à Subiaco. Au Mont‑Cassin, il rassemble ses disciples dans une seule et même maison sous une Règleet un abbé pour vivre ensemble jusqu’à la mort[2].

Parvenu au terme du Livre II, après que Pierre ait posé la question – « Les saints peuvent‑ils tout ce qu’ils veulent et obtiennent‑ils tout ce qu’ils désirent obtenir ? » – Grégoire lui répond par l’épisode où Benoît oppose au désir de sa sœur Scholastique l’attachement à demeurer stable dans la communauté ; c’est par ce principe qu’il justifie l’impossibilité de passer la nuit en dehors du monastère. Le cœur de l’épisode s’éclaire par une citation du Nouveau Testament, celle de la Première Lettre de Jean[3].

À la demande de sa sœur, Benoît a répondu catégoriquement qu’il ne pouvait pas rester hors du monastère. Scholastique s’appuie sur ce  « je ne peux pas, je n’ai pas le droit »de son frère pour déclarer : 

« Voilà ! Je t’ai prié, et tu n’as pas voulu m’écouter. J’ai prié mon Seigneur, et il m’a écouté » 

En opposant pour la première fois Benoît au Christ, Grégoire veut mettre en relief la citation de Jean : « Dieu est amour ». Il l’explicite par une allusion au texte évangélique de la pécheresse pardonnée et aimante chez Luc, utilisé par Grégoire pour clore l’épisode et dégager son message :

« Selon la parole de Jean, “Dieu est amour”, et par un jugement tout à fait juste, elle fut plus puissante parce qu’elle aima davantage (amplius amavit). » (Dial. II, 33, 5)

Cette allusion finale oblige à relire l’épisode. Plusieurs points de similitude apparaissent entre le texte de Luc et celui de Grégoire. Le cadre est celui d’un repas ; un homme et une femme sont en opposition, ici, Benoît et Scholastique, là, le pharisien et la prostituée ; l’homme apparaît comme le défenseur de la loi et la femme comme celle qui a transgressé la loi ; l’homme condamne la femme qui obtient par ses larmes ce qu’elle désire ; dans les deux textes, Dieu est le juge du procès.

Benoît représente ici la règle en conflit avec l’amour, la justice de la Loi s’opposant vainement à la charité. (…) Si Benoît n’a pas obtenu ce qu’il voulait, c’est que, à l’instar du pharisien, il avait moins aimé. (…) 

Par son attachement à un lieu, le Mont‑Cassin, par la volonté ferme de lier sa vie à celle des frères qui y vivent, c’est un homme ouvert au double commandement de l’amour que Grégoire met sous nos yeux. Et pourtant, aucune figure, si stable soit‑elle dans la fidélité aux commandements de Dieu, ne peut se prévaloir d’une quelconque assurance lorsque la force de la loi l’emporte sur la puissance de l’amour. 

Au chapitre suivant (Dial. II, 34), c’est encore ce qu’affirme Grégoire lorsqu’il prend appui sur Lc 3, 22[4]pour décrire l’assomption de l’âme de Scholastique :

« Le lendemain, la vénérable femme revint à sa maison, et l’homme de Dieu rentra au monastère. Trois jours après, comme il était au monastère, ayant levé les yeux il vit l’âme de sa sœur, sortie de son corps, pénétrer les profondeurs mystérieuses du ciel sous la forme d’une colombe. » (Dial. II, 34, 1)

Celle qui a « aimé davantage » et dont la prière a eu la faveur de Dieu, est ici configurée au Christ baptisé dans le Jourdain. Notons cependant que l’image évangélique est ici inversée : au lieu de l’Esprit qui descend du ciel sur le Christ, une femme, Scholastique, monte au ciel configurée à l’Esprit du Christ. Par son amour, elle révèle à Benoît, lui, le Christophore, que rien au‑dessus de l’amour ne permet l’unité avec le Christ. Grégoire qui, tout au long du livre II des Dialogues, s’est employé à montrer le lien entre Benoît et le Christ, déclare à ses lecteurs que bien au‑delà de l’ascèse, bien au‑delà de la stabilité en un lieu, fût‑il celui du Mont‑Cassin, ce qui unit l’homme au Christ, c’est l’amour.

Lorsque Benoît assiste à la montée au ciel de l’âme de Scholastique, il est retourné au Mont‑Cassin d’où il ne sortira plus. Grégoire le souligne à deux reprises et veut ainsi rappeler que désormais Benoît est devenu cénobite. Il a recouvré le charisme de visionnaire après avoir appris de Scholastique le primat de l’amour, et, cet amour, il doit le vivre dans le monastère des cénobites du Mont‑Cassin.

Benoît, libéré par l’amour de sa sœur de tout principe absolu, regarde le ciel dans un amour qui transfigure la terre et qui entraîne sa communauté dans son expérience.

 



[1]« La religieuse, à ce refus de son frère, posa sur la table ses mains, les doigts entrelacés, et inclina la tête dans ses mains pour prier Dieu » : Dial. II, 33, 3.

[2]« (…) Persévérant en sa doctrine, dans le monastère, jusqu’à la mort » : RBProl. 50.

[3]« Dieu est amour » : 1 Jn 4, 16b.

[4]« Et l’Esprit Saint, descendit sur lui sous un aspect corporel, comme une colombe. Et une voix advint du ciel : “c’est toi, mon Fils, le Bien‑aimé, tu as toute ma faveur”. »


LIRE AUSSI...

Homélie pour les défunts (2 novembre)

Homélie pour les défunts (2 novembre)
Publié le Sam 02 Nov 2019

2 novembre Messe des défunts   Introduction Prier pour ceux que nous avons aimés fait partie de notre foi, mais il ne faut pas oublier qu'on peut aussi demander à nos chers défunts de prier pour nous. De prier et de s'associer aux difficultés... Lire la suite >

Homélie de la Toussaint (2019)

Homélie de la Toussaint (2019)
Publié le Ven 01 Nov 2019

Homélie de la Toussaint Frères et sœurs, si j’étais St Paul, je me serai certainement adressé à vous, en vous disant, vous « les saints » moines, les « saints » oblats, les « saints » chrétiens... Lire la suite >

Homélie de l'Assomption 2019

Homélie de l'Assomption 2019
Publié le Mar 20 Aou 2019

Homélie de l’Assomption Frères et soeurs, en cette fête de l’Assomption de la Vierge Marie, toutes nos lectures sont tirées du Nouveau Testament, car c’est une fête qui annonce une grande nouveauté. Les deux premières parlent de... Lire la suite >

Homélie pour le Baptême du Seigneur (Année C)

Homélie pour le Baptême du Seigneur (Année C)
Publié le Sam 12 Jan 2019 | Source P. Jean-Luc

Homélie Le Baptême du Seigneur C   Introduction Avec cette célébration du baptême du Seigneur, nous achevons le Temps de Noël. Le Verbe s’est fait chair, Jésus est né et Dieu s’est manifesté au monde. Dimanche... Lire la suite >

Marie, Mère de Dieu (1er janvier 2018)

Marie, Mère de Dieu (1er janvier 2018)
Publié le Mar 01 Jan 2019

1erjanvier 2018 – Marie, Mère de Dieu   H o m é l i e                « Lorsque les temps furent accomplis, Dieu a envoyé son Fils ». Nous avons là un ... Lire la suite >

Homélie de la messe de minuit 2018

Homélie de la messe de minuit 2018
Publié le Mar 25 Dec 2018

Lundi 24 décembre 2018, Nuit de Noël., Textes : Is 9, 1-6 ; Ps 95 ; Tt 2,11-14 ; Lc 1,39-45.                                                Une... Lire la suite >

Homélie 4ème dimanche de l'Avent (C) - 2018

Homélie 4ème dimanche de l'Avent (C) - 2018
Publié le Lun 24 Dec 2018

Dimanche 23 décembre 2018 Quatrième dimanche de l’Avent C Textes: Mi 5,1-4 ; Ps 79 ; He 10,5-10 ; Lc 1, 39-45                                    Noël :... Lire la suite >

Solennité du Christ-Roi

Solennité du Christ-Roi
Publié le Dim 25 Nov 2018

Dimanche 25 Novembre 2018, 34 ème Dimanche du Temps ordinaire B, Solennité du Christ Roi de l’Univers, Textes : Dn 7,13-14 ;  Ps 92 ; Ap 1, 5-8 ; Jn 18, 33b-37                            Christ,... Lire la suite >

32ème Dimanche du Temps Ordinaire (Année B)

32ème Dimanche du Temps Ordinaire (Année B)
Publié le Dim 11 Nov 2018

Dimanche 11 Novembre 2018, 32 ème Dimanche du Temps ordinaire B, Textes : 1R17, 10-16 ; Ps 145 ; He 9,24-28 ; Mc 12,38-44.  « C’est le dernier sous qui achète Dieu. » Introduction : L’offrande de la veuve :... Lire la suite >

Homélie de la Toussaint (2018)

Homélie de la Toussaint (2018)
Publié le Jeu 01 Nov 2018

Homélie de la Toussaint 2018   Célébrer la Toussaint,chaque année, c’est entendre les Béatitudes, c’est-à-dire Jésus dire à une foule de petits et de pauvres, de malades, d’hommes et de femmes malheureux, ce qu’est... Lire la suite >